Ma mère

Aujourd’hui, je vais vous faire une confidence ; je vais vous partager une blessure que je porte encore profondément. Ce matin, je me suis réveillée en pensant à ma mère. Avez-vous encore votre mère nath ? Moi, oui. Vous ai-je déjà parlé de ma mère ? Non ?Et bien, je vais vous confier un bout de mon histoire avec cette femme.

Il y a 7 ans, j’ai fait une traversée du miroir en me choisissant dans cette relation. Nous étions au mois de mai et la fête des Mères arrivait à grands pas. Puisque, je savais que je ne pourrais être près de ma mère le dimanche même de la fête des Mères, j’avais pris l’initiative de l’appeler pour lui en faire part et lui proposer de célébrer cette journée des mères ensemble en profitant de toute la journée du samedi, soit la journée précédant le dimanche. La journée même ou une journée d’avance, l’important c’était d’être ensemble, m’étais-je dit !

Toutefois pour ma mère il en était tout autrement. Elle me répondit par courriel. Celui-ci mentionnait que j’étais une fille ingrate, une fille égoïste qui ne pensait qu’à elle. Que j’avais réussi à trouver quelque chose de plus intéressant à faire que d’aller voir ma propre mère pour la fête des Mères. Que durant toute ma vie je l’avais constamment négligée et qu’elle ne comprenait pas ce qu’elle avait fait au bon Dieu pour mériter une fille telle que moi, et bla-bla-bla ! Devant ces écrits remplis de colère, d’insatisfactions et de mépris, j’éclatai en sanglots.Ce que je croyais offrir de magnifique à cette femme s’avérait, à ses yeux, tout à fait inconcevable. Une petite voix à travers mes sanglots me dit : « C’est assez ! Tu vas arrêter de te faire maltraiter de la sorte… »

Je pris toutefois quelques heures de recul, car je savais fort bien que de  lui répondre comporterait un risque. Lequel ? Je ne le savais pas encore, mais je savais par contre que tout choix que l’on fait dans la vie nous expose à de l’inconnu. Je respirais avec douleur, tout mon corps tremblait.

Cette traversée du miroir fut la plus difficile de toute ma vie…
Je me permis,pour la toute première fois de ma vie, de lui exprimer au « JE » que je comprenais bien sa déception, mais que de toute façon peu importe ce que j’aurais pu ou vouloir faire pour elle, rien n’était jamais assez bien ou assez grand. Il y avait toujours quelque chose à redire, car à ses yeux je n’avais que des manques.
Je me permis aussi de terminer cette lettre en spécifiant que je n’étais pas responsable de ses insatisfactions et de ses attentes et que, puisqu’il ne me restait plus aucun outil dans mon coffre pour satisfaire ses besoins qu’il soit alors plus sensé que, pour un certain temps, je prenne un recul et que je me retire de la relation. Je lui souhaitai une merveilleuse fête des Mères et lui redis combien je l’aimais.

Puis j’attendis, j’attendis, un appel, un courriel, une lettre, un rendez-vous…
Mais rien… Plus de son, plus d’image…. Il y a 7 ans déjà… J’ai rêvé d’elle cette nuit, je me suis réveillée en pensant à elle ce matin… À cette femme que j’aime, cette femme qui m’a donné la vie, cette femme qui, je le sais aujourd’hui, porte ses propres blessures, des blessures qu’elle m’a transmises bien malgré elle.

Faire le choix de lui écrire il y a 7 ans était en fait celui de la liberté de m’exprimer. Croyez-vous que cela était un mauvais choix nath ?

Accueillir cette douleur, la nommer, la partager, faire le deuil de cette relation mère/fille que je ne connaîtrai jamais et faire le processus du pardon, voilà ce qui m’attendait dans cette traversée du miroir.
Aujourd’hui, je me dis : « Quelle merveilleuse traversée ! »
Avez-vous déjà vécu quelque chose de similaire nath? Si le cœur vous en dit, vous pouvez me partager cela en m’écrivant à : info@conscienceenaction.com

En terminant, j’en profite pour vous partager que depuis quelques semaines à mon  grand bonheur je pilote la conférence : Traverser le Miroir !

Le 21 août prochain je serai à Sherbrooke au Centre Multi Loisirs
Voici le lien pour vous procurer votre billet :
https://www.eventbrite.ca/e/billets-traverser-le-miroir-la-conference-65034914179

Je souhaite que cette journée soit la plus extraordinaire de toute votre vie. Une journée à la grandeur de l’être magnifique que vous êtes !

Affectueusement
Marie Josée Marie-Josée Cornay,Fondatrice de Conscience en Action

P.S. Je vous invite aussi à visiter le site de Conscience en Action : www.conscienceenaction.com pour connaître les activités à venir tel que l’atelier sur l’Enfant Intérieur qui débutera à Granby (Québec) les mardis de septembre et à Montréal (Québec) les mercredis de septembre. De plus, vous pourrez aussi y lire le descriptif des weekends « Au-delà du Mal de Mère », offert sur la prise de conscience de notre relation avec nos parents et comprendre l’impact que cela a eu dans notre vie. Ces retraites se dérouleront en octobre à Sutton en Estrie (Québec) et à la villa Saint-Martin à Montréal.
www.conscienceenaction.com

Groupe Facebook Guérir pour enfin Vivre !

P.S.S. N’oubliez pas de rejoindre notre groupe Facebook, Guérir pour enfin Vivre pour échanger. C’est aussi un endroit que j’alimente avec des post en lien avec la guérison quotidiennement.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*